3 juin 1991

Journal officiel du Lémania Coccinelle Club

Paraît 5 fois l'an / Tirage 150


 Retour à la page d'accueil du site du Lémania Coccinelle Club

Prochaine parution : août 1991


Sommaire

Ediorial
Visite au musée VW
Souvenirs... Souvenirs !
Château-d'Oex 91
Prochaine sortie
Une Coccinelle m'a dit
La caravane VW
La caravane de St-Cergue
Les couleurs d'origine, partie 2
Calendrier 1991


 


Editorial

Cette fois, ça y est, les beaux jours sont revenus ! Et avec eux, les Coccinelle (celles qui ont hibernés, naturellement) recommencent à fleurir le long des routes de notre canton et d’ailleurs. Et je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais cela fait toujours plaisir de croiser une superbe Coccinelle “call-lookée” ou restaurée. Ceux qui ont participé à notre première sortie de l’année, le 21 avril dernier, ont été particulièrement gâtés à ce sujet. En effet, il est vraiment réjouissant de constater (une fois de plus !) la haute qualité des voitures de nos membres.

Vous êtes certainement très nombreux à rêver de posséder un jour une VW Coccinelle cabriolet. Malheureusement, pour que ce rêve devienne réalité, il faut obligatoirement posséder un portefeuille bien garni ! Et ce n’est pas tout, car même pour ceux pour qui le prix d’achat ne représente pas un obstacle insurmontable, il y a un danger qui subsiste. Je veux parler de l’état du cabriolet convoité. Le mouvement VW a pris, ces dernières année une telle ampleur qu’il a drainé avec lui toute une catégorie de personnes peu scrupuleuses qui n’hésitent pas à vendre au prix fort une voiture qui n’a, très souvent, de beau que sa façade ! Aussi, nous publions dans cet “écho” un article expliquant dans le détail ce à quoi il faut faire particulièrement attention avant de se lancer dans la grande aventure. Un article qui, je l’espère, évitera à tous les amateurs de grand air de voir leur rêve  se transformer en cauchemar ! Notez bien que cet article, consacré au cabriolet, s’applique également, à quelques nuances près, à la berline.

Concernant l’Evénement 1991, je veux parler du 1er meeting international de VW à Château-d’Oex naturellement, les préparatifs vont bon train. Le comité d’organisation, emmené par son dynamique président Martial Oberon, a accompli, à ce jour, un énorme travail. Comme annoncé dans les précédents “échos”, il est clair que pour assurer un parfait déroulement du meeting, le C.O. devra pouvoir compter, le jour J, sur la collaboration (même minime) d’un nombre important de personnes. Vous trouverez à l’intérieur de cet “écho” un bulletin d’inscription sur lequel vous pourrez mentionner les moments ainsi que les postes où vous désirez nous apporter votre aide. En tant que président du Lémania Coccinelle Club, j’espère  de tout coeur que vous serez nombreux à répondre positivement à notre appel. Précisons enfin, pour éviter tout malentendu, que les membres du club qui participeront au meeting sans pour autant nous apporter leur collaboration aussi modeste soit-elle, devront payer le billet d’entrée.
Olivier

Retour au sommaire


Visite au musée VW

Nous avons décidé, Claudia et moi, de partir quelques jours en vacances la semaine après notre mariage, en septembre dernier.
C’est tout naturellement sur l’Allemagne que notre choix s’est porté et, plus particulièrement à Wolfsburg, pour son musée VW. A cause de la distance, nous sommes montés en deux étapes et, par un beau matin, nous sommes enfin arrivés à destination. Après avoir tourné un  peu en rond, nous nous sommes retrouvés en face de la gigantesque usine VW. Vraiment très impressionnant ! Arrivés au musée le jour de la réunification allemande, nous avions peur que celui-ci soit fermé. Mais oh joie, il était ouvert !

Une fois nos entrées payées (une misère), nous sommes entrés dans la « Mecque » VW. En face de la porte, la fameuse millionième Coccinelle dorée, entourée par une multitude de “petites soeurs”, la 10 millionième, la championne du monde, la dernière fabriquée en Allemagne, et j’en passe et des meilleures !

Juste à côté, une lignée de cabriolets, dont un Hebmüller de 1948 et une voiture de police Hebmüller. En face la série des berlines allant de la Split à la Herbie. Au milieu, à côté du petit train qui servait à visiter l’usine (tractée par une Cox de 1958) trônent des véhicules militaires : Cox 4x4, Kübel et Schwimmwagen. Il y a également une belle brochette de bus splits, de type 3 et 4, de Karmann Ghia, etc. On trouve également des prototypes des années 60. Bref, nous ne savions plus où donner de la tête. Malgré le fait qu’il y ait trop de Golf, Passat, etc, ce musée nous a laissé une tellement bonne impression que nous allons très probablement y remonter cette année. Pour tous les passionnés de VW, c’est un endroit à visiter absolument.

Un petit conseil, il serait sage de ne pas y aller avec votre Coccinelle, car le trajet (950 km depuis Lausanne) est essentiellement composé d’autoroutes où la vitesse n’est pas limitée. Dépasser les nombreux poids lourds circulant sur ces autoroutes allemandes relève de l’exploit ! Nous espérons que ce petit billet donnera envie à d’autres d’aller visiter ce magnifique musée. Nous renseignerons très volontiers les éventuels amateurs.
Claudia et Daniel Gay

1 million, cela se fête !

Retour au sommaire


Souvenirs... Souvenirs !

En 1967, pour la quatrième année consécutive, nous sommes en vacances en Italie avec notre Coccinelle, modèle 1959.

Souvenirs marquants de cette époque :
- les “expéditions” dans les cols de montagnes, les croisements avec les autocars, du temps où les routes n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui...
- les “roupillons” dans l’emplacement derrière la banquette arrière, bercé par le “ron-ron” du 30 CV (radical pour faire dormir les petits !)
- notre amusement au sujet des célèbres flèches de direction.

Aussi loin que je puisse me rappeler, notre bonne vieille cox ne nous a jamais laissés “en rade” et nous a toujours mené à bon port. Après presque 30 ans d’intervalle, tous ces souvenirs et sensations vont revivre, car j’ai bien l’intention de repartir un de ces jours en “expédition” avec ma petite ovale pour voir aussi “se marrer” mes deux petits au lever des flèches !
Richard Aïta


Avec ma soeur dans les Dolomites.

Retour au sommaire


Château-d'Oex 91

Comme annoncé dans l’éditorial, la préparation de notre premier meeting international VW de Château-d’Oex est arrivée dans sa phase cruciale, celle de l’engagement des collaborateurs! En effet, s’il est possible de mettre “administrativement” sur pied une telle manifestation avec un nombre restreint de personnes, son déroulement pratique, par contre, exige la présence d’un grand nombre de collaborateurs. Cantine, accueil, animation, sécurité, parking et caisse sont autant de postes exigeant la présence d’un certain nombre de personnes. Et ceci d’autant plus que l’on souhaiterait que chaque membre collaborant au bon déroulement du meeting puissent également en... profiter !

Alors, pour que tout ce passe bien, n’hésitez pas et remplissez, sans tarder, le bulletin d’inscription ci-joint en y inscrivant les moments où vous êtes disponibles ainsi que le poste auquel  vous aimeriez nous apporter votre aide. Nous essayeront, dans la mesure du possible, d’en tenir compte.

En ce qui concerne les moments de “travail”, si vous êtes présents tout le week-end, mettez une croix dans toutes les cases correspondantes. Cela nous facilitera la tâche pour organiser les tournus. Enfin, si vous n’êtes disponibles qu’une partie du week-end, ne vous dites surtout pas que cela ne sert à rien de monter à Château-d’Oex pour si peu de temps. Toute aide nous est précieuse, même pour un laps de temps très court !

Pour encourager les “indécis”, sachez que la participation à une telle manifestation est quelque chose de fantastique. Une occasion unique de vivre un week-end pas comme les autres ! Ce n’est pas la vingtaine de membres qui ont participé au Super-VW national de Paris à Pentecôte qui me contrediront !
Et surtout, n’oubliez pas de renvoyer le bulletin d’inscription dans les délais. Merci.

Retour au sommaire


Prochaine sortie

C’est dans le canton de Fribourg que ce déroulera notre prochaine sortie, le 30 juin prochain. En effet, l’Amicale des “ VW” de Fribourg invite, ce jour-là, tous les clubs de Suisse romande à se rencontrer dans les environs de Fribourg. Une invitation que nous ne pouvions pas refuser !

Ainsi, le programme de cette journée, qui réunira selon les souhaits des organisateurs fribourgeois plus de 100 voitures, s’établit de la façon suivante :

8h45: 1er rendez-vous à la place du Marché de Vevey

9h15 : départ en direction de Bulle par la route cantonale, via Châtel-St-Denis

10h : 2e rendez-vous à Bulle dans le parking du centre commercial MM (proche de la sortie d’autoroute d’une part et de l’agence VW d’autre part)

10h30 : balade touristique en direction de Fribourg

11h30 env. : ralliement de tous les participants dans les environs de Fribourg

Dès 15h30 env. : retour par la campagne fribourgeoise.

Pour le repas de midi, chacun procédera à sa convenance : restaurant ou pique-nique ! N’ayant, cette fois-ci pas de réservation à effectuer, il n’y aura pas besoin de s’inscrire préalablement. Mais attention, soyez à l’heure, car la caravane “s’ébranlera” aux heures indiquées ci-dessus.

Retour au sommaire


Une Coccinelle m'a dit

J’ai été construite pendant 39 ans et à exactement 331’847 exemplaires. Mon existence a commencé en 1949 et la dernière de ma lignée, d’une belle couleur rouge, est entrée dans un musée en 1980. Evidemment, par rapport à ma grande soeur dont j’ai hérité du nom d’insecte et que l’on a fabriquée à plus de 22 millions d’exemplaires, ma famille est réduite.
Cela fait donc 11 ans qu’on a jugé que je n’étais plus à la page, et normalement, j’aurais dû tomber dans l’oubli et finir dans les casses comme tant de mes consoeurs. En fait, je suis devenue une légende.

Autour de moi, je réunis (avec mes soeurs les berlines) un nombre incroyable d’amis de toutes nationalités et de toutes conditions sociales, qui n’hésitent pas à faire des milliers de km pour me rassembler avec mes petites soeurs. Quelle est la raison de ce phénomène ? Difficile à expliquer. En tout cas, je ne peux pas séduire par mon tempérament : ma mécanique fournit péniblement 30, 34, 40, 44 voire 50 chevaux sans aucune discrétion. Et ma tenue de route et mon confort sont dépassés depuis longtemps.

Pourtant, tout le monde rêve de me posséder, et je suis devenue très chère; au point que j’en ai parfois honte. Il y a ceux qui, un jour, ont eu la bonne idée de m’acheter. Ils ont eu du plaisir avec moi, et comme je suis pleine de bonne volonté, je n’ai pas demandé grand chose en contrepartie. Mais petit à petit, on s’est lassé de moi et, au lieu de m’offrir un garage bien douillet, on m’a accordé un réverbère comme seul abri au bord d’un trottoir, et cela, été comme hiver.

Mes ailes se sont froissées, mes pare-chocs se sont tordus et ma capote a commencé à pourrir avec le temps. Cela fait longtemps que je n’ai vu de l’huile fraiche et des bougies neuves. Ah ! les ingrats. Pourtant je roule toujours. Mais comme on regarde quand même de temps en temps combien peut valoir ce futur tas de ferraille, on s’est rendu compte que ça se vend parfois au prix où on l’a acheté, et quelquefois plus cher. Voilà la bonne affaire ! Alors on panse hâtivement mes plaies. Ailes et pare-chocs sont redressés, la capote est brossée et rafistolée au besoin. On essaie de donner vie aux chromes ternis depuis longtemps. J’ai même aussi quelquefois droit à une pauvre petite robe de peinture pour cacher mes abcès.

De l’autre côté, il y a celui qui rêve de moi et de petites balades cheveux au vent, un soir d’été. Il est prêt à casser sa tirelire pour moi et il a les yeux tellement brillants qu’il ne voit pas mes cloques et mes cicatrices. Mais je sais que je serai un cauchemar pour lui, son portefeuille et la paix de son ménage parfois. Comme je voudrais garder mes amis, et que mes amis me gardent, j’ai décidé de dire la vérité sur moi, sur mes points forts et mes faiblesses. Me mettre à nu en quelque sorte.

Quant on me promène sur des mauvais chemins ou lorsque l’on me gare en torsion pendant longtemps, par exemple une roue sur un trottoir et l’autre dans le caniveau, “ça” travaille dans mes jointures... L’autre problème est celui de l’étanchéité. Lorsque mes joints de vitre arrière surtout, ne joignent plus ou lorsque la capote est fissurée, je laisse entrer de l’eau dans mes entrailles. Et la protection anticorrosion, me direz-vous ? Oui, elle a été appliquée avec soin, mais ces produits contiennent des solvants et plastifiants qui jouent les filles de l’air avec le temps et laissent sur place une pauvre matière qui se durcit, si fissure et ouvre la porte aux virus de la peste brune, c’est-à-dire l’humidité et l’oxygène de l’air. Souvent la maladie commence par l’intérieur, elle est donc difficilement visible. Et quand elle devient visible, les dégâts sont souvent immenses.

Premier conseil : regardez d’abord ma caisse et ma plateforme. Les réparations de carrosserie sont les plus chères parce que effectuées par des professionnels. Si ma mécanique n’est pas vraiment en bon état, cela est moins grave : on trouve encore pratiquement toutes les pièces et je suis vraiment facile à réparer. Mais revenons à la carrosserie. Au lieu de longues explications, je vais en présenter un éclaté.

1. Baguettes
S’il y  a des cloques près des baguettes, les trous de fixation des supports de baguettes ont été agrandis par la rouille. L’eau est probablement entrée à l’intérieur, les réparations seront difficiles.

2. Ailes
Les points de rouille autour des ailes indiquent souvent une corrosion avancée autour des trous de fixation. Elle est souvent provoquée par de petites déformations des ailes qui entraînent un manque d’étanchéité des joints d’ailes.

3. Panneau latéral avant
Passez d’abord un fil de fer ou un cure-pipe dans le trou d’évacuation à la pointe du triangle. Si vous sentez des feuilles mortes ou des particules de rouille, ce trou est bouché et l’humidité est restée dedans. Dans ce cas, les dégâts à l’intérieur sont souvent importants, surtout si, à l’extérieur apparaissent des cloques.

4. Caisson arrière
Cet endroit est un des plus fragile de la caisse par le fait que les joints de vitre arrière sont souvent en mauvais état. L’eau qui entre par là doit normalement sortir par le mini-trou d’évacuation situé à quelques centimètres en avant de l’aile arrière. Ce trou est souvent bouché. Si vous voulez être certains, démontez les panneaux latéraux intérieurs, et continuez l’examen du caisson à l’aide d’une lampe.

5. Marchepieds, bas de caisse
Les  deux  marchepieds ont souvent subi des petits chocs. Dans ce cas, le revêtement qui assure en même temps l’étanchéité ne remplit plus cette fonction et les bas de caisse sont attaqués aux endroits où l’humidité à pénétré. En cas de doute, il faut enlever les marchepieds en espérant que les boulons ne cassent pas. La tôle de support doit être examinée avec soin, ainsi que les longerons qui sont en quelque sorte la colonne vertébrale de la carrosserie. C’est souvent à ce moment-là que le budget de ma restauration en prend un sacré coup !
 
6. Capote
Les marques de pliure qui persistent indiquent les endroits où la capote va se déchirer plus tard. Les fixations latérales arrière sont les plus sensibles. En ouvrant la capote, examinez dans la mesure du possible, l’état des montants et des joints. Lors de la pliure, la toile qui entoure le matelas intérieur ne doit pas déborder à l’extérieur. Si c’est le cas, elle est déchirée ou pourrie, généralement à partir de la barre transversale avant. A cette occasion, regardez bien si les crochets sont en face des fixations. Si vous constatez des écarts importants, quelque  chose a été déformé : ou la caisse est vrillée ou les montants de la capote sont tordus.

7. Coffre
Ouvrez le capot et passez un doigt sous le joint d’étanchéité : tout doit être sec et lisse. Enlevez la roue de secours et examinez la cavité dans laquelle elle repose. Si la tôle montre des ondulations, la caisse a subi des chocs, pas toujours bien réparés.

8. Fixation des montants de pare-chocs
Voyons maintenant par en-dessous. Cette zone peut être légèrement déformée sans que ce soit visible par des touches plus ou moins fortes du pare-chocs. Elle doit être examinée avec soin pour déceler les traces de corrosion.

9. Fixation du train avant
Toute cette partie de la plateforme doit être regardée attentivement. Elle ne doit pas être déformée ou montrer des traces de corrosion. Des revêtements récents sont suspects. Grattez avec un tournevis et posez des questions.

10. Fixations des montants de pare-chocs arrière
Ce qui a été dit pour les fixations avants (point 8) est également valable ici, d’autant plus que le constructeur a fabriqué à cet endroit un véritable piège à rouille en décalant la surface de fixation et en laissant derrière un creux dans lequel se nichent sel et boue.

11. Partie centrale
Examinez d’abord les côtés intérieurs des longerons ainsi que les boulons de fixation de la caisse. La plateforme doit être lisse. Pour en être certains, enlevez les tapis et un siège, et passez un tournevis sous le revêtement anti-vibration dans un creux. N’hésitez pas à enlever une partie de ce revêtement. Si vous découvrez une corrosion avancée,   des travaux  importants s’annoncent. Une corrosion superficielle peut être stoppée en enlevant le revêtement qui est souvent un piège d’humidité. Ensuite, il faut poncer et appliquer un traitement antirouille. Soyez très attentifs à l’emplacement la batterie. Si elle baigne dans l’acide, la tôle de la plateforme n’est certainement pas en bon état dessous.

Voilà, je pense que nous avons vu ici les points les plus importants. En ce qui concerne ma mécanique (moteur, freins, échappement, direction, suspension), ne vous faites pas trop de soucis, car comme je vous l’ai déjà dit, je suis très facile à réparer et surtout les pièces de rechange ne sont pas très chères et... disponibles.
(article tiré du journal du club international des cabriolets VW).

Retour au sommaire


La caravane VW ou comment bien se conduire

Rouler en caravane nécessite un peu d’expérience et... beaucoup de bon sens. Il est, cependant, quelques règles pratiques évitant bien des désagréments.

- respecter les distances correctes en cas de freinage

- la voiture de tête doit donner la vitesse constante et signaler bien à l’avance les changements de direction. Chacun doit également le signaler dès qu’il le voit... à son tour !

- si la caravane se fractionne, suite à une priorité, le dernier passé ralentit et signale, par appel de phare, l’anomalie au véhicule précédant.

- nous savons combien il est facile de se suivre en dehors des agglomérations, mais en ville, il faut être très vigilant,  les feux frationnant la caravane par vagues successives. Comme pour les priorités, la voiture de tête saura s’arrêter plus loin (dès qu’il y aura assez de place) pour permettre à la caravane de se reformer. En aucun cas ne “grillez” les feux rouges, c’est trop risqué...

- en cas de traversée de grandes villes, suivez toujours la direction choisie, et si la caravane s’éparpille, elle se regroupera à la sortie de la ville

- ne vous affolez pas si vous ne voyez plus la voiture qui vous précède, un simple contour peut la cacher !
 
Dans tous les cas, la meilleure conduite est celle de la sécurité.

Comment rentrer dans une caravane ?

- c’est le plus facile ! Il suffit de prendre la queue et de suivre !

Comment sortir de la caravane ?

- à l’arrêt précédent, signaler sa future sortie et se placer en fin de caravane pour pouvoir en sortir sans induire en erreur les gens qui vous suivent. Arrivés  chez vous, vous pourriez avoir 20 VW qui coupent le contact en même temps que vous. L’apéro vous coûtera cher !

L’essence !

- dans tous les cas, il est préférable de partir à un lieu de rendez-vous le réservoir plein. Si votre jauge arrive en bas, signalez-le à la voiture de tête. Ne vous arrêtez pas tout seul, vous pourriez perdre la caravane.

La panne... eh oui cela arrive !

- si tel est le cas, signalez-le, klaxonnez, mettez les feux de panne (si vous en avez !) afin que la voiture de tête soit avertie. Quoiqu’il arrive, il est hors de question de laisser un membre de la caravane en rade au bord de la route.

La solidarité est la qualité première du parfait “Cox driver” !
M. Oberon

Retour au sommaire


La caravane de St-Cergue

Le 21 avril dernier, le Lémania Coccinelle Club a effectué sa sortie de printemps Château-d’Oex - Vevey - St-Cergue - Les Rousses - Vallée de Joux. Pour une fois, les “Château-d’Oex” étaient en retard.

Au départ de Vevey, c’était une place fourmillante de Coccinelle multicolores qui attendaient avec impatience le départ. La route était ouverte ! Un départ majestueux, en file indienne, la caravane VW pérorait dans les rues... Nous avons été rejoints le long du parcours à Ouchy par les lausannois et à Etoy par les participants de la région d’Yverdon qui ont pris la queue dans la liesse des klaxons.


Entre St-Cergue et les Rousses

Le soleil présent, un spectacle inoubliable s’offrit à nos yeux dans la côte de Nyon - St-Cergue. Des cox à perte de vue dans les lacets, avec un panorama sur la chaîne des Alpes. On pouvait même voir le Mont-Blanc. Arrivée tranquille à Saint-Cergue où nous avons pu stationner sur la place du village mise à notre disposition par l’office du tourisme local. Durant tout le parcours, tous les participants ont su conduire dans les règles de l’art. Il faut cependant préciser que plus de quarante voitures ne se suivent pas sans quelques problèmes...
Martial Oberon

En marge de notre sortie printanière

- Un grand merci à l’office du tourisme de St-Cergue ainsi qu’au restaurateur de l’hôtel de la Poste (propriétaire d’un magnifique cabriolet VW !) qui nous ont offert l’apéritif. L’accueil fut parfait.

- Un grand coup de chapeau au restaurant des Rousses qui nous servit un excellent repas malgré les quelque 30 personnes supplémentaires au chiffre annoncé !

- Nous avons pu, lors de cette sortie, sympathiser avec le Wolfgang Wagen, club français basé dans la région des Rousses. En effet, une dizaine de leur membre nous ont rejoints à St-Cergue et ont également partagé notre repas aux Rousses.

- Au départ de Vevey, Thomas Wenner nous a fait l’heureuse surprise de venir nous souhaiter bonne route au volant de sa magnifique split de 1952.

- Lors du retour, Patrick Montoliu a dû s’arrêter pour faire le plein. Malheureusement la voiture de tête ne le savait pas et personne ne s’est arrêté. Résultat : Patrick a regagné Vevey en solitaire. Dommage !

- 65 personnes environ s’étaient annoncées pour participer à cette sortie. Nous étions finalement plus de 90 répartis dans près de 45 voitures ! Merci de pensez aux organisateurs et n’oubliez pas de vous inscrire quand cela est demandé !

- Lors de cette première sortie de l’année, nous avons eu l’occasion de rencontrer pour la première fois un bon nombre de nouveaux membres. A tous nous leur souhaitons encore une fois la bienvenue au club.


Le passage de la frontière (les douaniers n'en sont pas encore revenus) et l'arrêt casse-croûte

Retour au sommaire


Les couleurs d'origine, partie 2

Vous trouverez dans cette 2e partie, la liste des couleurs disponibles pour les années 54 à 60. Précisons encore une fois que l'année automobile telle que nous la connaissons actuellement (du 1er août au 31 juillet) est entrée en vigueur le 1er août 1955 (le modèle 1955 n'a donc été construit que du 1er janvier 55 au 31 juillet 55 et une voiture construite en octobre 1956 est un modèle 1957!).

A suivre...

 

Retour au sommaire


Calendrier du club 1991

1er février Assemblée générale 1991 à Caux s/Montreux
21 avril Sortie de printemps
17 - 20 mai Super VW National à Jablines
30 juin Sortie d'été
24 août Buffet froid à la piscine de Penthalaz
31 août Stand du club au Payerne Collector's Market
14 - 16 septembre 1er meeting int. VW à Château-d'Oex
18 octobre Assemblée générale extraordinaire du Lémania Coccinelle Club à Vevey
20 octobre Sortie d'automne

 

Retour au sommaire